« Sense City », une modélisation de la ville intelligente du futur, verra le jour à la cité Descartes

Afin d’aider les villes à converger vers l'écologie, l'Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l'Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), dans la cité Descartes, située en Île de France va tester des solutions dans une mini ville équipée de capteurs. Prévue pour voir le jour en 2018, Sense City,  se concentrera sur l’évaluation de la performance énergétique et de la qualité sanitaire des bâtiments, en utilisant en temps réel des capteurs et des nouvelles technologies et en agissant comme un laboratoire pour trouver et évaluer des solutions pertinentes pour la ville intelligente de demain. Examinons donc attentivement ce projet, et voyons ce qu'il pourrait apporter aux villes en termes d’évolution vers la transition énergétique.— Philippe Leonard


Des capteurs pour les villes intelligentes

Le projet Sense City offrira des modèles et des solutions pour aider les villes d'Europe à faire un formidable bond écologique en avant. S'étant initialement vue attribuer 9 millions d'euros de fonds en 2011, la ville miniature « Sense City » commencera ses recherches début 2018, en se concentrant tout particulièrement sur des thèmes tels que la qualité de l’air, des sols et des eaux ; la performance des nouveaux matériaux urbains ; et l’efficacité des réseaux urbains comme le transport. Construite par l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR), Sense City va inaugurer deux espaces de 400 m2 équipés de multiples capteurs qui seront abrités sous une chambre climatique, permettant ainsi l'expérimentation en plein air ou sous conditions régulées.

De quelle manière ces capteurs simuleront-ils des scénarios de la vie réelle et que représentent ces recherches pour les villes ? D’une part, ces capteurs miniatures pourront être placés dans les réseaux d’eau pour détecter les fuites et les excès de chlore, en communiquant avec le réseau et en condamnant les sections contaminées. En outre, les capteurs pourront contribuer à la préservation des ressources en eau potable, alors même qu'on estime à 30 pour cent les pertes d'eau potable dues aux fuites sur els réseaux. La chambre climatique pourra également reproduire certaines conditions météorologiques pendant de longues périodes, en jouant sur les températures et l’humidité tout en produisant un rayonnement semblable à celui du soleil. Dans cet environnement contrôlé, Sense City sera capable d'analyser la manière dont la végétation et les matériaux de construction réagissent aux différentes conditions météorologiques — ainsi qu'à la pollution — créant ainsi des solutions durables pouvant être incorporées dans les matériaux de construction.

D'après le journal français Le Monde: « En utilisant des technologies qui permettent à nos villes de s'auto-analyser en temps réel et d’améliorer leur développement, Sense City souhaite devenir un véritable laboratoire de la « ville intelligente » de demain. »

Le but n’est pas de devenir une ville remplie de capteurs, mais au contraire de servir de laboratoire pour voir où et comment les villes peuvent incorporer des capteurs de façon logique tout en s'orientant vers un avenir dans lequel l'efficacité énergétique prédomine.