Lille se met au vert grâce à des bus roulant au gaz naturel

Lille représente la quatrième ville française après Paris, Marseille et Lyon, avec 1,1 millions d'habitants répartis sur 85 communes. Comme en France les municipalités n'ont pas la responsabilité des politiques énergétiques, la ville demande donc de l'aide à ses citoyens, en rassemblant la communauté pour mener à terme une bataille d'actualité : celle de l'effet de serre.  Outre l'adoption d'une politique de traitement des eaux usées pour produire de l'énergie à partir de celles-ci, la ville a également développé une politique de mobilité qui met l'accent sur l'utilisation croissante d'un réseau de transports propres.  Lille prévoit de remplacer 20 à 40 % de l'énergie dédiée au transport routier par des véhicules fonctionnant au biogaz, permettant ainsi d'éviter l'émission de près de 120 000 tonnes d'oxyde d'azote par an.  Voyons donc de quelle manière Lille a consacré les vingt dernières années au développement de l'un des réseaux de transports publics les plus écologiques du continent et de quelle façon la ville continue à faire progresser le changement durable dans le secteur de la mobilité moderne. -Bruno De Man 


Les transports écologiques pour tous

Il y a de cela plus de 25 ans, Lille a commencé à réfléchir à des moyens d'améliorer la qualité de l'air en adoptant des sources d’énergies vertes, en expérimentant avec le biogaz produit par le traitement des boues d'épuration pour concevoir une usine de traitement permettant de raffiner le méthane du biogaz brut de 60 à 96 %.  Grâce à cette source de carburant durable, la ville a inauguré ses premiers autobus roulant au gaz naturel, qui sont non seulement plus fiables que les autobus à moteur diesel (engendrant une moindre usure des pneus et des pannes plus rares), et qui consomment également moins de carburant, permettant ainsi d'économiser de l'argent et des ressources.  Aujourd'hui, la ville collecte tous les jours les déchets ménagers pour les transformer en biométhane, ou " gaz vert ", dans une usine de biogaz qui alimente ainsi son parc d'autobus fonctionnant au gaz naturel et exploités sur un dépôt d'autobus fonctionnant, lui aussi au gaz naturel. 

Très fière de détenir le plus grand parc d'autobus fonctionnant au gaz naturel en Europe, Lille a réussi à réduire considérablement les émissions de gaz d'échappement, en diminuant de 96 % la quantité de monoxyde de carbone rejetée, et de 51 % les émissions d'oxydes d'azote. De plus les niveaux de bruit sont considérablement réduits, car les autobus fonctionnant au gaz naturel sont 50 % moins bruyants que le diesel.  Non seulement la ville a réussi à créer des transports publics plus propres, mais elle a également développé une flotte de camions de collecte des déchets roulant au biogaz et a remplacé un tiers de son parc automobile par des véhicules électriques ou fonctionnant au gaz naturel.  Avec sa flotte d'autobus Iveco roulant au gaz naturel, Lille inspire des villes comme Graz en Autriche et Prague en République Tchèque pour suivre son exemple en transformant les déchets en solutions durables (et abordables) pour alimenter les transports publics tout en garantissant un environnement plus propre pour les citoyens et les visiteurs.